Libertadore

M'essayer c'est m'adopter!




L'homme sans larmes, pour Coitus Impromtus


E-mail ce post



Remember me (?)



All personal information that you provide here will be governed by the Privacy Policy of Blogger.com. More...



L'odeur m’envahissait. Une odeur âcre, suffocante, persistante. Elle était partout. Elle vous transperçait, restait collée sur votre peau, ne vous quittait plus. Le genre d'odeur qui vous clouait sur place, la main sur la bouche pour ne pas vomir, ne pas vous vider de votre substance. Une odeur de mort.

Et je continuais à courir toujours plus loin. Surtout ne pas s'arrêter. Ne pas se retourner. Ne pas se laisser aller. Ne pas craquer. Ta vie était en jeu.

Au loin les hurlements stridents des gardes, beuglant leurs ordres, quelquefois entrecoupés des aboiements sourds des molosses déjà repus de chair humaine mais qui en voulaient encore. Au détour d'un fossé, la lumière blanchâtre de la lune se laissait voir au milieu de cette couche envahissante d'obscurité. L'atmosphère toute entière était prisonnière d'un mélange de fumée noire chargée de particules encore brûlantes. L'air était irrespirable. Les cendres restaient collées sur mes yeux rougis par l'effort, par l'horreur, par les pleurs. Mais je poursuivais ma folle échappée. Je trébuchais pour mieux me relever et repartir de plus belle. Comme pour exorciser cette vision d'horreur qui s'était offerte à moi il n'y avait même pas 2 heures.

Comment était ce possible? Au milieu de cette forêt transformée en paysage gothique, digne d'un conte halluciné pour adultes pervertis, je les revoyais encore, leurs images me rongeant les yeux, laissant une trace indélébiles au fond de mon âme horrifiée. Et cette odeur presque palpable tellement elle était dense, suintait de tout mon corps comme si elle avait pris possession de moi.

C'était au détour d'une allée que je m'étais retrouvé nez à nez avec "ça". Une montagne de corps empilés les uns sur les autres. Ils étaient en état de décomposition avancée attendant leur tour devant ce qui semblait être le feu des enfers. Tétanisé, la puanteur de la chair en putréfaction me déchira alors le nez, m'envoyant valser contre le sol. Pris de convulsions je recrachait mes entrailles jusqu'à ne plus rien avoir en moi, exsangue sur le sol de briques devenues noires, plus sombre encore que la mort. Une épaisse couche de poussière recouvrait le sol. Je compris d’un coup d'où venait cette fumée si noire qui flottait sur le camp depuis des semaines. Je gémissait face contre terre, la bile continuant à s'échapper de ma bouche, un mince filet de salive séchée au coin des lèvres. Un éclair m’illumina l’esprit me laissant entrevoir la folie de la situation : voyant arriver la fin, les tortionnaires avaient décidé de tout exterminer. Les cadavres s'agglutinaient devant mes yeux meurtris, la masse informe devenant un monstre géant fait de centaines de bras, de jambes, de têtes avec tous ces yeux picorés par les corbeaux et les charognards et qui semblaient me dire "c'est à cause de toi que nous sommes là" "c'est de ta faute". Mais je ne savais pas!!! Comment aurais je pu savoir? Je ne pu en supporter davantage et je pris la fuite, je couru comme je n'avais jamais couru accompagné de cette maudite odeur qui me collait tellement à la peau que jamais je n'avais pu laver ces immondices.

Aujourd'hui encore, assis seul au milieu de la nuit sur la terrasse je sens encore sur mes lèvres le goût des cendres, je vois encore ces corps informes me suppliant, je respire encore la mort qui resta collée à moi depuis ce jour. Mais maintenant je ne pleure plus. Depuis bien longtemps déjà mes larmes se sont asséchées par les horreurs des autres et qui furent miennes par mon ignorance.

[Lien]


0 Réponses à “L'homme sans larmes, pour Coitus Impromtus”

Laissez une réponse

      Convert to boldConvert to italicConvert to link

 

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>


A propos

  • Libertadore
  • Mais qui est donc Libertadore? Artiste refoulé, auteur en devenir, activiste en sommeil ou icône contre-contreculturelle?
  • Pour en savoir plus

A la recherche de...

Ne me laissez pas tout seul, linker moi!

  • Libertadore - M'essayer c'est m'adopter

Posts précédents

Archives

Liens (en français)

Links (in english)

Enlaces (en español)

Atom Feed

  • Get Firefox!
  • Get Thunderbird!


Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs2.5 License.